Art – Sergueï Chtchoukine à la Fondation Vuitton

« On dit que je fais du tort à la Russie en achetant vos tableaux. »

SONY DSC

Allez soyons objectif, la Collection Chtchoukine est impressionnante. Les chiffres seuls

donnent le tournis : cinquante-quatre Picasso, quarante et un Matisse, onze Cézanne,

seize Gauguin, quinze Derain, treize Monet, cinq Degas, quatre Van Gogh, sans

compter les dizaines de Marquet, Douanier Rousseau, Manet, Renoir, Vuillard, Toulouse-

Lautrec ou Pissarro… Voila, pas vraiment des amateurs.

SONY DSCSONY DSCSONY DSC

La Fondation Vuitton propose jusqu’au 20 février à ses visiteurs de découvrir le leg du

magnat russe du textile Sergueï Chtchoukine1854-1936 – au travers de plus de 100

toiles normalement séparées entre le musée d’Etat de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg et

le musée d’Etat des beaux-arts Pouchkine à Moscou. Alors forcément, quand on achète

des Monet ou des Gauguin par 13 et ce au tout début du siècle, cela donne une collection

unique qui témoigne des différents courants qui traversent l’époque.

SONY DSCSONY DSCSONY DSC

« La collection Chtchoukine, c’est le passage obligé de tous les directeurs de musées d’art

moderne dans le monde quand ils veulent monter des expositions de Matisse, Picasso ou

Derain. » – Suzanne Pagé. Mais en regroupant les artistes par salles respectives, n’est pas

dommage de rester dans des bulles stylistiques plutôt que de les confronter ?

SONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSC

On est un peu triste d’une scénographie minimaliste qui fait passer l’exposition pour une

suite de petits musées individuels.. Mais encore une fois, quelle collection privée ! A voir

ne serait-ce que pour éviter d’aller jusqu’en Russie..

SONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSC

« Icônes de l’art moderne. La Collection Chtchoukine » – www.fondationlouisvuitton.fr

Laisser un commentaire